S’installer dans ce merveilleux pays est une fabuleuse aventure qui comporte son lot de challenges et de récompenses pour vous qui êtes immigrant et nouvel arrivant sur les terres canadiennes.

Il va sans dire qu’il serait formidable de décrocher dès votre arrivée un emploi à la hauteur de vos qualifications et de vos espérances, mais bien souvent faire ses débuts au Canada peut être laborieux et ardu.

En parcourant nos articles et en consultant nos conseils en matière d’employabilité, en sol canadien, vous maximisez vos chances de trouver un emploi, assurant ainsi votre intégration socio-économique.

Du curriculum vitae à l’entretien d’embauche, vous vous poserez plusieurs questions pour savoir comment adapter au mieux vos connaissances à la culture professionnelle canadienne et comment les transformer en atouts pour décrocher un emploi?

Vous cherchez des réponses à vos questions, elles sont ici!

Un CV aux standards Canadiens ?

Chaque région du monde a son propre modèle de CV! Et le mieux pour attirer l’attention de vos futurs employeurs et décrocher un emploi au Canada c’est de commencer par adapter votre CV à la sauce canadienne!

Prêts à reformuler votre CV? C’est parti, suivez nos conseils :

En français? En anglais? Les deux?

Que vous optiez pour un « Curriculum Vitae » en français ou un « résumé » en anglais, renseignez-vous sur le vocabulaire et sa traduction, notamment en termes de diplômes et de métiers car certains termes diffèrent.

Quels sont les différents types de CV?

Il y en a principalement trois (3) :

  • Le CV fonctionnel ou par compétence : fait ressortir vos compétences et souligne vos aptitudes et qualifications acquises au cours des emplois exercés, stages ou bénévolats.
  • Le CV chronologique : fait valoir votre expérience de travail et met l’accent sur les postes occupés et les responsabilités y afférentes ainsi que vos principales réalisations. Il convient de commencer par l’emploi ou l’expérience la plus récente à la plus ancienne.
  • Et le CV mixte : c’est une sorte de CV fonctionnel et CV chronologique fusionnés ; il met en valeur à la fois votre parcours professionnel ainsi que les compétences acquises.

Quel que soit le type de CV sélectionné, n’oubliez pas d’intégrer les résultats atteints pour montrer à votre futur employeur votre valeur ajoutée et votre capacité à atteindre les objectifs. Choisissez des mots-clés à partir de l’offre d’emploi et intégrer les à votre CV.

Très souvent, ce sont des logiciels qui procèdent à la présélection du curriculum vitae, d’où la nécessité de l’adapter à l’offre d’emploi suscitant votre intérêt.

Restez toujours motivés et soyez orientés « solutions », les employeurs canadiens sont à la recherche d’employés capables de relever des défis et de faire la différence.

Comment rédiger votre CV?

Plusieurs modèles existent, fiez-vous à des exemples de Curriculum Vitae répondant aux standards canadiens, tel que suggéré ci-dessous :

Commencez par vos renseignements personnels

Prénom, Nom
Adresse
Numéro de téléphone
Adresse courriel
LinkedIn

Un petit mot sur votre objectif de carrière

Au début du CV, soit juste après les renseignements personnels. La partie « objectif de carrière » se rédige en une ou deux phrases concises et claires.

Exemples :

  • Devenir coordonnateur de l’assurance de la qualité et formateur en RH.
  • Occuper un poste d’adjointe à l’administrateur du réseau, en mettant à profit les connaissances et les compétences acquises au fil de mon parcours professionnel.

Expérience professionnelle

Périodes – Dates
Poste occupé
Enterprise – Organisation – Établissement
Ville (province, pays)
Fonctions ou responsabilités principales
Principales réalisations ou objectifs atteints (les plus significatifs)

Compétences

Décrivez les compétences acquises au cours des emplois, bénévolats ou autres activités exercés. Sélectionnez les compétences les plus pertinentes pour le poste convoité.

Utilisez des verbes d’actions (Planifier, gérer, coordonner, animer, diriger…) et intégrez ce que vous avez pu accomplir grâce à ces compétences (Principales réalisations : dépasser les objectifs de ..%, réaliser des économies de ..% etc.)

Études

Périodes – Dates
Diplômes (du plus récent au plus ancien) avec des mots-clés sur votre domaine d’expertise
Nom de l’établissement (Université, collège…)
Ville (province, pays)

Références

Cette phrase : Références disponibles sur demande devrait paraître à la fin de votre CV / En anglais : References available upon request

La liste de référence demandée par un employeur qui envisage de vous accorder le poste devrait comprendre entre 3 à 5 noms de personnes avec lesquelles vous avez travaillé et qui peuvent vous recommander.

La liste aussi doit être accompagnée des noms et titres (ou poste) de ces personnes, de leurs numéros de téléphone, leurs adresses courriels.

N’oubliez pas de demander à ces personnes la permission d’être vos références en expliquant les caractéristiques du poste convoité.

Autres astuces : vous pouvez demander à ces personnes de vous rédiger une lettre de recommandation que vous remettrez à votre futur employeur.

Enfin, il est conseillé de vous présenter à l’entrevue avec votre liste de références, au cas où l’employeur la demande.

Les DO’s et les DON’Ts

Ce tableau reprend la liste des incontournables et des pièges à éviter lors de la rédaction de votre CV :

Ce qu’il faut faire Ce qu’il faut éviter
  • Un CV clair, concis et bien structuré
  • Relisez-vous plusieurs fois
  • Limitez-vous à deux pages
  • Adaptez votre CV au poste convoité
  • Faites ressortir vos accomplissements
  • Quantifiez vos réalisations
  • Soyez honnête et intègre
  • Utilisez des mots simples et des verbes d’action à l’infinitif
  • Faites valoir des expériences bénévoles qui illustrent vos compétences
  • Vérifiez vos coordonnées et mettez-les en évidence
  • Préparez votre liste de références
  • L’adresse courriel farfelue
  • Les renseignements personnels superflus
  • La photo
  • Les longues listes interminables
  • Les pronoms « Je », « Moi » et « Mon » sauf pour la section SOMMAIRE
  • Juste des tâches
  • Les affirmations vagues et imprécises
  • Les motifs de départ
  • Les références (à conserver dans un document séparé du CV)
  • Les loisirs et les passe-temps

Pour en savoir plus, consultez les sources ci-dessous :

Une lettre de présentation pour accompagner votre CV aux standards Canadiens ?

Lettre de motivation ou lettre d’accompagnement ou encore lettre de candidature pour certains, lettre de présentation pour d’autres, notamment au Canada, gardez juste à l’esprit que la lettre de présentation n’est pas un résumé de votre CV mais une continuité de celui-ci et un complément d’information permettant de mettre en évidence le lien entre votre candidature et les exigences de l’offre d’emploi.

Alliée incontournable de votre Curriculum Vitae, la lettre de présentation vous permettra de démontrer votre motivation, les raisons pour lesquelles vous présentez votre candidature, et devrait mettre en valeur vos compétences en rapport avec le poste convoité.

Prêts à rédiger une lettre de présentation qui suscitera l’intérêt de l’employeur?

C’est parti, suivez nos conseils :

En français ? En anglais ? Les deux ?

La rédaction d’une « Lettre de présentation » en français ou d’une « Cover letter » en anglais ou dans les deux langues est souvent tributaire de la langue dans laquelle l’offre d’emploi est rédigée, et notamment des modalités de présentation des demandes. Toutefois, lorsque le poste est bilingue, vous aurez parfois la possibilité d’envoyer votre CV et lettre de présentation dans les deux langues officielles du Canada.

Attention à l’écriture de la date qui doit respecter l’ordre suivant :

  • En anglais : Mois/Jour/Année
  • En français : Jour/Mois/Année

Quand envoyer la lettre de présentation ?

Lorsque vous ne pouvez pas présenter votre candidature en personne.

Cependant, certaines offres d’emploi ne requièrent pas une lettre de présentation.

Notre conseil : rédigez-en une quand même et envoyez-la avec votre CV.

Pourquoi rédiger une lettre de présentation ?

C’est le meilleur moyen de :

  • Vous vendre et vous démarquer ;
  • Compléter les informations de votre CV :
  • Mettre en avant vos qualités, vos compétences, vos qualifications en relation avec le poste convoité ;
  • Démontrer que vous êtes confiant pour occuper le poste avec succès ;
  • Faire sentir au recruteur votre assurance ;
  • Mettre le recruteur en confiance dès le début ;
  • Augmenter vos chances d’être convoqué à une entretien d’embauche.

Gardez en tête qu’il ne s’agit pas d’être modeste ni d’être prétentieux ou arrogant, il s’agit de faire votre autopromotion pour le poste et l’entreprise ciblés tout en restant HONNÊTE. Le sens de l’éthique est très important pour les employeurs canadiens.

Quels sont les différentes parties d’une lettre de présentation ?

  • 1ère partie : Entête et formule de salutation
  • 2ème partie: Introduction rapide et présentation de votre objectif, du poste convoité, du nom de la société qui embauche, du moyen par lequel vous avez entendu parler de l’offre d’emploi.
  • 3ème partie : Développement axé sur votre intérêt pour le poste visé ainsi que vos compétences et vos qualifications, notamment celles liées aux exigences de l’offre d’emploi
  • 4ème partie : Demande d’entrevue et conclusion par des remerciements et des formules de politesse d’usage.
  • 5ème partie : Signature, votre nom et vos coordonnées + P.J. CV s’il est annexé.

Voici quelques modèles pour vous inspirer.

Y-a-t-il des ingrédients essentiels pour une lettre de présentation réussie ?

La réponse est : Oui

Et pour formuler une lettre qui aura un effet et suscitera davantage l’intérêt de votre futur employeur, trois (3) éléments principaux sont à inclure :

  1. Votre expérience et projet professionnel en bref : résumez vos expériences professionnelles et précisez votre objectif.
  2. Vos points communs entre votre profil et le poste d’emploi : indiquez vos principales réalisations professionnelles et/ou responsabilités et tâches en lien avec les exigences du poste ciblé.
  3. Votre valeur ajoutée : mentionnez ou énumérez ce que vous êtes en mesure d’apporter à l’entreprise, soit : les qualités et les aptitudes qui font de vous LE CANDIDAT qu’il faut embaucher et vos valeurs communes avec la vision de l’entreprise. Soyez informé et convaincant !

En incluant ces éléments, votre lettre de présentation sera personnalisée et démontrera à votre futur employeur que vous êtes réellement motivé, non seulement pour le poste convoité, mais aussi par rapport aux choix de l’entreprise dans laquelle vous souhaitez travailler.

Comment formuler votre lettre de présentation ?

Votre défi (Si vous décidez de l’acceptez, mais en même temps vous n’avez pas trop le choix !) : Rédiger une lettre de présentation percutante et efficace en UNE SEULE PAGE.

Utilisez donc un style direct, concis, percutant, clair et démonstratif tout en restant agréable. Ne perdez pas de vue que le but ultime de votre lettre est de compléter votre CV, et de mettre en avant vos compétences en concordance avec le poste visé.

Commencez par l’entête, la formule de salutation et l’objet de votre lettre

  • Indiquez la ville et la date de l’envoi de votre lettre.
  • Formule de salutation (personnalisée de préférence) : Adressez votre lettre à la bonne personne. Précisez son nom, son titre et son adresse (adresse de l’entreprise).

Si vous n’avez pas ces informations, il est possible de les retrouver sur LinkedIn par exemple. Sur la page de l’entreprise qui recrute, vous trouverez l’offre d’emploi et le nom de la personne qui est en charge de l’embauche. Vous pouvez aussi téléphoner à l’entreprise pour obtenir des précisions. Une salutation personnalisée démontrera que vous avez engagé un minimum d’effort à travers votre recherche.

Si malgré vos investigations vous ne parvenez pas à trouver son nom, une simple salutation adressée au « responsable du recrutement ou gestionnaire de l’embauche de [nom de l’entreprise] » sera suffisante.

  • Spécifiez l’objet du poste convoité : Candidature spontanée ou bien candidature au poste en réponse à l’annonce en y inscrivant la référence.

Introduction et présentation de votre objectif

Spécifiez le but de votre lettre, expliquez (en quelques mots !) qui vous êtes et les raisons pour lesquelles vous désirez obtenir cet emploi. Personnalisez votre lettre en indiquant le titre du poste et le nom de la société qui recrute. Mentionnez également la provenance de la piste d’emploi (annonce en ligne, sur un journal, réseautage, LinkedIn…)

Développement de la concordance entre votre profil et les exigences du poste

C’est un paragraphe très important pour démontrer que vous êtes le candidat idéal !

C’est ici que vous parlez de l’entreprise tout en énumérant vos compétences et qualifications de manière un peu plus détaillée et que vous mettez en lumière, par des exemples concrets, les expériences professionnelles, les rôles assumés précédemment, les connaissances et logiciels maitrisés, les intérêts, les formations, les qualités en lien avec l’emploi pour démontrer au recruteur votre capacité à occuper le poste.

Expliquez la manière dont votre expérience vous a préparé à l’emploi que vous convoitez et ce que vous êtes en mesure d’apporter à l’entreprise. Démontrez votre intérêt pour le poste visé ainsi que pour l’entreprise, et établissez des liens entre vos valeurs et celles véhiculées par l’entreprise (soyez informé et convaincant).

Maintenez un ton conversationnel, mettez-y votre âme, soyez inventif et divertissant. Les employeurs canadiens apprécient des compétences telles que la créativité et la capacité à se démarquer.

Cette partie comporte un (1) ou deux (2) paragraphes tout au plus. Les recruteurs parcourent une quantité considérable de lettres de présentation et de CV. C’est pourquoi plus vous en dites de manière concise, mieux ce sera.

Conclusion : Demande d’entrevue, remerciements et formule de politesse

Exprimez votre motivation à rencontrer l’employeur et votre disponibilité pour une entrevue éventuelle.

C’est également dans cette section que vous mentionnez toute information complémentaire utile et essentielle. Si par exemple vous disposez d’un portfolio accessible en ligne, indiquez le lien s’il est facile et court. Sinon, spécifiez que le lien sera transmis par courriel.

Vous pouvez également laisser savoir au recruteur que vous effectuerez un suivi par appel ou par courriel (communément appelé en anglais « follow-up »). Ceci démontrera une nouvelle fois votre intérêt à obtenir le poste, votre motivation et le sérieux de votre démarche.

N’oubliez pas les remerciements et formules de politesse d’usage.

Signature

  • Apposez soigneusement votre signature
  • Inscrivez votre nom et vos coordonnées (adresse, téléphone, courriel)
  • Indiquez l’adresse de votre site Web, si vous en avez un
  • Sous la rubrique Pièces jointes (P.J.), mentionnez les documents qui accompagnent votre lettre, par exemple, votre Curriculum Vitae

Et voilà ! Vous êtes armés pour relever ce défi, n’est-ce pas ?

Les DO’s et les DON’Ts

Ce tableau reprend la liste des incontournables et des pièges à éviter lors de la rédaction de votre lettre de présentation :

Ce qu’il faut faire Ce qu’il faut éviter
  • Bien lire l’offre d’emploi avant de rédiger la lettre de présentation
  • S’informer sur la nature du travail et des fonctions propres à l’emploi annoncé.
  • Aborder les besoins de l’employeur (décrits généralement dans l’offre d’emploi)
  • S’assurer d’avoir assez d’information sur l’entreprise (sa taille, ses activités, sa clientèle, ses projets).
  • Consulter le site Web de l’employeur comme 1ère source d’’information.
  • S’assurer d’avoir le nom et le titre de la personne à qui la candidature sera adressée
  • Être attentif à la qualité de la langue employée (Français ou Anglais)
  • Servez-vous d’un correcteur grammatical tel qu’Antidote par exemple
  • Utiliser des tournures de phrases positives et affirmatives comme « j’ai accompli, j’ai réalisé… »
  • Soigner la forme et la présentation de la lettre qui doit être à simple interligne et divisée en paragraphes
  • Être concis : 1 PAGE MAXIMUM
  • Relire la lettre avant l’envoi
  • Répéter mot à mot ce qui est écrit dans le curriculum vitae
  • Parler uniquement de vous
  • Rédiger une lettre impersonnelle
  • Trop s’inspirer de modèles existants
  • Envoyer par courriel deux fichiers distincts : La lettre doit être insérée en 1ère page dans le même fichier que le curriculum vitae
  • Utiliser des polices et format de polices différents du curriculum vitae.
  • Induire en erreur le recruteur en voulant paraitre plus qualifié que vous ne l’êtes
  • Rédiger une lettre dépassant 1 page
  • Ne pas tenir votre promesse (de faire un appel ou d’envoyer un courriel de suivi – si c’est mentionné dans la lettre)

Derniers conseils pour la route

Lorsqu’une offre d’emploi attire votre attention, interrogez-vous sur l’intérêt que représente pour vous cette annonce :

  • Qu’est-ce qui vous intéresse vraiment dans le poste et dans l’entreprise ?
  • Est-ce une nouvelle expérience, un défi pour vous? Ou, au contraire, ce poste vous est-il familier?
  • Quelles sont les expériences et les compétences que vous voulez mettre en valeur?

Pensez à des éléments différents de ceux de votre CV. Votre dossier sera ainsi plus dynamique.

Sur ce, bonne chance!

Pour en savoir plus, consultez les sources ci-dessous :

Les références? C’est quoi?

Les employeurs canadiens, qu’ils soient entreprises, agences de recrutement ou tout autre organisme d’aide à l’embauche, demandent quasi-systématiquement des références. Ils en demandent généralement trois (3) et le mieux c’est de les avoir en main, car au Canada les références font partie du processus d’obtention d’un emploi.

Qu’est-ce qu’une référence ?

C’est une lettre attestant vos qualités professionnelles.

Qui atteste cela? Un contact professionnel sérieux. C’est la référence, le référent ou le recommandataire.

Son rôle ? Vous référer à votre nouvel employeur.

Comment? En garantissant votre professionnalisme et votre assiduité en vue d’amener votre employeur potentiel à prendre la décision de vous embaucher.

Lettre de référence, à quoi ça sert?

Votre CV et votre lettre de présentation ne sont pas les seuls document requis dans le processus de recrutement. Il y a également la lettre de référence, un atout qui peut faire la différence auprès de votre employeur potentiel.

L’objectif auquel répond la lettre de référence est de vous recommander à votre nouvel employeur. Elle aura davantage de poids si vos référents louent vos mérites et mettent en avant vos qualités et les raisons pour lesquelles vous devriez être embaucher.

Quels sont les différents types de références?

Il existe deux (2) catégories de références :

Catégories Qui est le référent? Particularités
Un contact faisant partie de votre réseau professionnel 
  • Employeur
  • Client
  • Enseignant
  • Professeur
  • Entraîneurs
  • Ou autres personnes d’autorité (N+1 au minimum)
Indiquez :

  • Nom et titre (ou poste)
  • Numéro de téléphone,
  • Adresse courriel.

Votre recruteur pourra ainsi se mettre en contact avec vos référents

Une lettre de recommandation Anciens employeurs ou employeur actuel La lettre doit indiquer :

  • Date et durée d’emploi,
  • Nom et contact/coordonnées de l’employeur.

La lettre n’est pas nécessairement manuscrite :

Elle peut être rédigée en ligne sur LinkedIn, Viadeo, Xing ou tout autre média social professionnel.

Que doit contenir la lettre de référence ?

Il est préférable que les références fournies aient un rapport avec le type d’emploi que vous désirez obtenir.

Votre référent doit appuyer votre candidature en :

  • S’exprimant sur votre style de travail : habileté à communiquer, jugement assuré, capacité à accepter des responsabilités, esprit d’initiative, leadership, le sens du relationnel, flexibilité, facilité à gérer des conflits, aptitude à atteindre des objectifs, disposition au management…etc.
  • Confirmant vos compétences et vos qualités : les expériences pertinentes et réalisations, la maturité, l’originalité, la créativité, la rigueur, l’aptitude à travailler en équipe, la persévérance, le discernement, la diplomatie, la disponibilité, la pratique de langues étrangères, l’intégration, le sens critique, l’esprit d’analyse, la communication orale et écrite…etc.

Quand présenter vos références?

La liste de références est un document à part que vous remettez de manière général à l’employeur potentiel et à sa demande au cours ou à la fin de l’entrevue d’emploi ou entretien d’embauche. La liste des références devrait être conforme au curriculum vitæ et à la lettre de présentation en termes de style, police, format, encre et papier.

En fin de processus et une fois l’entretien terminé, le recruteur pourrait vous remettre un formulaire dans lequel vous allez inscrire les coordonnées des personnes qui vont fournir des références à votre sujet

Les Do’s and DON’Ts

Ce qu’il faut faire Ce qu’il faut éviter
  • Choisissez et validez vos références avec soin
  • Rappeler à votre référent les points forts de votre personnalité et de vos compétences pour qu’ils apparaissent sur la lettre ou lors de son échange avec l’employeur
  • Sélectionnez 3 à 5 personnes qui seront aptes à faire des commentaires objectifs et positifs et à s’exprimer clairement en abordant vos forces et vos contributions
  • Demandez la permission à ces personnes de les citer comme références
  • Demandez à vos référents le moyen préféré de communication (par téléphone ou par courriel) et le meilleur moment pour les contacter
  • Aidez vos références à se préparer aux questions de l’employeur en les informant du type d’emploi que vous recherchez et en leur fournissant une copie récente de votre CV
  • Mentionnez dans votre liste le nom complet de vos références, leur titre de poste actuel et l’employeur pour lequel elles travaillent actuellement
  • Précisez la relation entre votre référence et vous (superviseur/hiérarchique N+1 ou plus, collègue, client…)
  • Remercier vos référents et faites un suivi auprès d’eux
  • Ne pas avoir de référence
  • N’avoir aucun référent hiérarchique
  • Présumer que votre référent parlera de vous en bien
  • Fournir le contact d’un hiérarchique avec qui vous avez été en conflit ou donner des références qui pourraient vous être préjudiciables
  • Communiquer des références trop anciennes (+10 ans)
  • Croire que votre référent pourra parler de vous
  • Fournir votre liste de références trop tôt ou sans qu’elle n’ait été demandée par l’employeur
  • Inclure vos références dans votre CV (À moins que l’annonce d’emploi ne le demande spécifiquement)
  • Le référent ne doit pas faire partie de vos amis ou de votre famille
  • Ne pas remercier vos références et ne pas les tenir au courant de l’évolution de votre situation

Pour en savoir plus, consultez les sources ci-dessous :

L’expérience de travail au Canada

Vous êtes un immigrant ? Un nouvel arrivant au Canada ? Vous venez d’un pays étranger où vous avez un bon nombre d’années d’expérience professionnelle, des qualifications et de bonnes références ? Vous êtes à la recherche d’un emploi au Canada et vous faites face à la question : Avez-vous de l’expérience canadienne en emploi ?

Et comme vous venez d’arriver et qu’il est peu probable que vous ayez cette expérience souvent requise par les employeurs canadiens, votre réponse sera probablement : « NON, MAIS… (j’ai plusieurs années d’expérience de travail dans mon pays d’origine…) »

Vous dites alors : « comment avoir cette expérience alors que je viens tout juste d’arriver au Canada et que je suis à la recherche d’un travail dans ma nouvelle terre d’accueil ? »

Au final, vous constatez que vous êtes dans un cercle vicieux et souhaitez ardemment sortir de cette impasse ?

Alors lisez notre article, vous y trouverez quelques conseils pratiques !

Qu’est-ce que l’expérience canadienne ?

La majorité des employeurs canadiens sont à la recherche d’employés qui :

  • Connaissent la culture de l’entreprise : être informé de l’histoire et évolution de l’entreprise, ses valeurs (éthique, esprit d’équipe, professionnalisme, respect…), et adopter des comportements qui facilitent et assurent son bon fonctionnement
  • Savent comment interagir avec leurs collègues, leurs collaborateurs et leurs responsables hiérarchiques, mais également avec les clients, les prestataires et autres partenaires de l’entreprise
  • Sont au fait et comprennent ce que l’employeur attend d’eux
  • Maitrisent les langues française et anglaise (puisque vous êtes bilingue), comprennent la terminologie locale et s’expriment clairement (sachant que l’accent n’influe en rien)

Par ailleurs, si vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté et convaincre l’employeur que vous pouvez occuper un poste d’emploi précis, suivez nos recommandations :

  • Présentez vos certifications professionnelles reconnues au Canada et à l’internationale et faites authentifier vos qualifications professionnelles et vos diplômes
  • Effectuez une accréditation locale d’un cours (le moins long), en lien avec le poste convoité.
  • Faites ressortir vos points forts et soyez précis (CV, lettre de présentation, références, lors de votre interview), quant à votre domaine de spécialisation, et ce, même si vous avez un profil multidisciplinaire
  • Ne soyez pas modeste ! Sachez ou apprenez à vous METTRE EN VALEUR, même si vous n’êtes pas familier avec ce concept, parfois assimilé à de la vantardise ou un manque d’humilité dans votre pays d’origine

Comment faire pour acquérir l’expérience canadienne ?

On vous l’a bien dit plus haut, il n’y a pas un mais plusieurs moyens d’acquérir cette fameuse expérience du marché canadien et de sortir de ce cercle vicieux – pas d’expérience canadienne = pas d’emploi – situation bien connue par la majorité des nouveaux arrivants.

  • Faites du bénévolat ou un stage : faites-vous connaitre et mettez à profit vos compétences en participant aux divers projets d’organismes caritatifs ou entreprises en lien avec votre profil et le type d’emploi que vous souhaitez exercer (préférable mais pas obligatoire)
  • Intégrez des groupes de mentorat professionnel : tissez des liens avec des homologues professionnels qui seront enchantés de partager des conseils précieux afin de vous aider à préparer votre processus d’embauche
  • Réseautez avec des organismes locaux/régionaux au Canada : bénéficiez gratuitement de la panoplie de services et de l’aide de ces organismes pour vous trouver un emploi. Ces organismes offrent :
    • Des cours d’anglais et des ateliers de conversation
    • Des placements professionnels dans des entreprises canadiennes
    • Des cours de préparation aux entretiens d’embauche
    • Des activités de réseautage avec des employeurs locaux.
  • Acceptez un poste d’un échelon moins élevé : faites vos débuts au Canada en exerçant un emploi en deçà de vos qualifications, mais préférablement dans un domaine connexe à votre spécialisation en vue de vous faire connaître et de vous faire valoir en tant que travailleur qualifié et employable dans le marché canadien.

Pourquoi se lancer dans un programme d’acquisition d’expérience professionnelle sans rémunération ?

Vous qui êtes considéré comme un expert dans votre domaine et avez de bonnes années d’expérience dans votre pays d’origine, alors pourquoi accepteriez-vous un emploi à salaire moindre ou sans être rémunéré pour acquérir cette fameuse expérience canadienne ?

Et bien, considérez ce type de programmes ou de parcours, mentionnés plus haut, comme une opportunité offrant plusieurs avantages, dont celui d’accélérer votre intégration socio-économique et de décrocher le job de vos rêves ! Vous serez en mesure de :

  • Élargir votre réseau professionnel
  • Faire valoir vos compétences
  • Démontrer à votre futur employeur que vous êtes apte à vous intégrer au groupe de travail
  • Obtenir des références canadiennes
  • Développer vos habiletés en anglais
  • Vous familiariser avec la culture canadienne et de démontrer votre engagement
  • Rencontrer des gens et s’intégrer plus rapidement dans le mode de vie canadien

Que recherchent les employeurs canadiens ?

Le tableau ci-dessous regroupe les attentes des employeurs en termes de compétences générales et les pièges à éviter dans le milieu du travail :

Ce que vous devez avoir Ce que vous devez éviter
  • Capacité de vous adapter au changement
  • Savoir travailler en équipe
  • Bonne capacité de communication
  • Volonté d’apprendre
  • L’initiative
  • Le sens des responsabilités
  • Ponctualité
  • Respect des échéanciers
  • Sens de l’organisation
  • Gestion du stress
  • Une attitude positive
  • Aptitude à utiliser le matériel informatique
  • Bonne adaptation à la culture organisationnelle de l’entreprise
  • Politesse
  • Respect
  • Gestion des conflits et capacité de résoudre des problèmes
  • Rester loin des querelles entre collègues
    Si vous avez un différend, tentez de le régler avec la personne concernée et allez voir un supérieur seulement si cela est nécessaire
  • N’amenez pas vos problèmes personnels au bureau
  • Ne prenez pas pour acquis que les gens pensent comme vous. Écoutez bien et soyez ouvert d’esprit !
  • Assurez-vous de bien cerner les attentes de vos collègues et supérieurs
  • Soyez professionnel et diplomate en tout temps
  • Évitez de vous plaindre et de critiquer tout le temps

Pour en savoir plus, consultez les sources ci-dessous :

L’entretien d’embauche

Nous y voilà ! Toute cette préparation pour décrocher une interview et vous donner la chance de démontrer que vous êtes LA PERSONNE à engager.

Vous souhaitez connaître le secret du succès ? C’est parti, c’est par ici que ça se passe

Avant l’entretien

Le secret du succès réside principalement dans cette étape et tient en un mot : PRÉPARATION.

Comment ? Pas de panique, SolutionsEmplois.ca s’occupe de vous guider dans cette importante étape de votre processus d’embauche.

Voici nos conseils, suivez-les :

Renseignez-vous sur l’entreprise : son histoire, son évolution, ses réalisations, ses domaines d’activité…

Actions à entreprendre Comment ?
Visitez son site web, ses pages sur les médias sociaux et le web de manière générale
Informez-vous sur la culture de l’entreprise : ses valeurs, son équipe, son management, sa vision…
  • Rendez-vous sur :LinkedIn : pour les profils des employés, notamment ceux avec qui vous passerez l’entretien
  • Glassdoor et/ou Rate My Employer: pour consulter les commentaires sur l’entreprise. Vous y trouverez même une section sur les questions posées lors des interviews

Publications de l’entreprise, commentaires et évaluations d’anciens et actuels employés, témoignage de candidats à l’embauche, profils des employés… Tout y est !

Relisez votre CV : il sera passé en revue lors de l’entretien Examinez vos antécédents et différentes expériences et ayez-les en tête.
Faites ressortir les liens entre votre profil et les exigences du poste Relisez l’annonce de recrutement et formulez des exemples concrets de ce que vous avez réalisé lors de vos précédentes expériences et qui répondraient aux exigences du poste
Ayez en main vos références Préparez votre liste de références ou vos lettres de recommandation au cas où l’employeur les demande en fin d’entrevue

Mettez au courant vos références de vos démarches

Familiarisez-vous avec les questions les plus fréquemment posées Préparez vos réponses (sans les apprendre par cœur – vous devez rester naturel), pour ce genre de questions ou sujets :

  • Parlez-moi de vous
  • Vos principales forces / vos principales faiblesses
  • Parlez-moi d’une expérience professionnelle positive/négative
  • La réalisation dont vous êtes le plus fier
  • Comment gérez-vous le stress ?
  • Si je demandais à votre ancien responsable de vous décrire, que me dirait-il ?
  • Où voyez-vous dans 5 ans ?
  • Avez-vous des questions ?

Vous trouverez plus de questions avec des exemples de réponses en consultant ces articles :

Préparez au moins trois (3) exemples positifs et moins positifs
  • 3 points forts
  • 3 points faibles ou points à améliorer
  • 3 réalisations dont vous êtes fier
  • 3 situations qui ont été difficiles à gérer pour vous et comment vous vous en êtes sorti
  • 3 exemples concrets de ce que vous pouvez faire une fois en poste
Prévoyez vos réponses en anglais
  • Cherchez le vocabulaire dont vous avez besoin
  • Exercez-vous à parler de votre expérience en anglais
  • Préparez vos réponses en anglais
Préparez votre tenue vestimentaire Formel ou décontracté mais chic ?

  • Vous pouvez vous déplacer sur le site physique de l’entreprise et observez le code vestimentaire de ses employés
Planifier votre trajet
  • Faites le trajet vers le lieu de l’entrevue pour calculer le temps nécessaire pour arriver à temps
  • Repérez les lieux de stationnement si vous êtes véhiculé
  • Informez-vous sur les points d’arrêt des transports en public
  • Servez-vous du maps
Soyez informés de vos droits et des exceptions que la Charte des droits et libertés de la personne prévoit

 

Vous l’aurez compris, votre entretien portera principalement sur vos expériences et antécédents professionnels, vos principales réalisations, votre formation, vos points forts et points à améliorer.

Le jour de l’entretien

C’est enfin le jour J ! C’est une journée importante pour vous et c’est pourquoi vous devez rester à la fois RELAX et POSITIF. Comment ? Reposez-vous, faites le vide et projetez-vous comme si vous étiez déjà en poste !

N’oubliez pas, vous vous êtes bien préparé pour ce jour, reste à travailler votre attitude et votre apparence :

Avant votre entrevue

  • Soyez en forme pour transmettre votre énergie positive et toujours de manière modérée lors de l’entrevue – Et oui, c’est contagieux et très appréciée par les recruteurs !
  • Préparez votre tenue vestimentaire avant le jour de l’interview
  • Habillez-vous et coiffez-vous sobrement et gardez à l’esprit qu’il vaut mieux être un peu trop chic et classe que pas assez !
  • Apportez avec vous un exemplaire de votre CV
  • Soyez ponctuel et arrivez au moins 10 minutes à l’avance
  • Soyez agréable avec le personnel dès votre entrée dans l’immeuble – vous pourriez croiser le recruteur sans le savoir
  • Pensez à avoir une pastille mentholée pour vous rafraichir l’haleine juste avant le début de votre entrevue
  • Pensez aussi au gel antibactérien, notamment si vous êtes enrhumé ou grippé

Durant votre entrevue

  • Ayez une bonne poignée de main et un sourire au visage
  • Respirez……
  • Contrôlez votre gestuelle, votre langage corporel et non-verbal : tenez-vous droit légèrement penché du côté de votre interlocuteur, contenez la nervosité de vos mains ainsi que vos éventuels tics, restez en ouverture, soutenez le regard de votre interlocuteur et gardez le sourire
  • Ajustez le débit de votre voix, soignez votre langage et éliminez les tics verbaux
  • Répondez de manière concise et précise : évitez les phrases longues ainsi que les réponses fermées (Oui / Non)
  • Faites preuve de cohérence dans vos réponses : donnez des exemples concrets en lien avec la question posée et restez concis. N’en rajoutez pas, sauf si le recruteur vous le demande
  • Exprimez-vous de façon positive : vos points faibles sont des points à améliorer. Absence ou manque d’expérience professionnelle au Canada, parlez d’une expérience similaire
  • Ne dites pas de mal de vos anciens employeurs ou collègues

À la fin de l’entrevue

  • Posez des questions sur le poste et évaluez l’entreprise à votre tour. Votre intérêt pour cette opportunité se fera, une nouvelle fois, bien sentir
  • Communiquez les informations que vous avez oubliées et que vous jugez importantes
  • Informez votre interlocuteur que vous comptez faire un suivi de votre candidature (dans les jours, semaines à venir…)
  • Remettez vos références si votre recruteur vous les demande

Remerciez le recruteur pour le temps qu’il vous a consacré et rappelez-lui par une phrase courte et simple votre intérêt pour ce travail

Après l’entretien

Certains processus de recrutement prennent plus de temps que d’autres, mais si vous avez suivi nos conseils vous auriez, en principe, eu l’idée de soulever cette question en fin d’entrevue.

C’est dans cette phase d’attente que vous aurez à faire un suivi de votre candidature – appelé plus souvent follow-up au Canada – par courriel ou par téléphone. Par exemple : envoyez un courriel deux (2) jours après votre interview.

Même si l’entretien s’est bien passé, cela ne signifie pas toujours que vous allez avoir le poste. Modérez vos émotions, restez réaliste, mais toujours positif, car même si cette entrevue n’a pas porté fruits, vous aurez accumulé une réelle expérience, qui ne pourra que vous servir lors de votre prochain entretien.

Si votre recruteur vous a demandé de lui communiquer vos références à la fin ou après l’entretien, c’est généralement bon signe. Cela pourrait révéler que vous êtes sur la bonne voie pour recevoir une bonne nouvelle, vous annonçant que vous êtes engagé. Félicitations !

Les Do’s et les Don’ts

À faire À éviter
  • Préparez votre entrevue à l’avance pour mettre toutes les chances de votre côté et minimiser les effets du stress
  • Adaptez votre tenue vestimentaire à l’environnement de l’entreprise
  • Rasez-vous de près si vous êtes un homme
  • Prévenez votre recruteur si vous êtes en retard ou si vous avez un empêchement et pensez à vous excuser
  • Ayez sous le coude : une pastille à la menthe, un gel antibactérien, de l’eau
  • Tenez-vous droit et canalisez votre énergie et votre nervosité
  • Formulez des phrases concises qui vont droit au but (sujet, verbe, complément)
  • Déterminer les qualités et défauts du poste pour adapter vos réponses relatives à vos forces et faiblesses
  • Soyez cohérent dans vos réponses
  • Communiquez votre intérêt à travers votre attitude et votre énergie positive
  • Remercier votre recruteur de son temps
  • Prévenez votre recruteur que vous comptez effectuer un suivi
  • Avoir un look négligé ou beaucoup trop chic
  • Porter du très court et un décolleté plongeant si vous êtes une femme
  • Porter des couleurs flashy, des bijoux imposants et un parfum fort (La majorité des entreprises canadienne privilégient un environnement sans parfum)
  • Boire du café et/ou fumer une cigarette juste avant le début de votre entrevue
  • La poignée de main : écrasante, molle, moite, insistante, en éclair
  • Répondre aux questions par un Oui ou par un Non
  • Raconter votre vie dans le détail
  • Dire du mal de votre ancien employeur
  • Avoir une posture nonchalante ou avoir la bougeotte
  • Refuser de vous exprimer en anglais
  • Être trop confiant alors que la moitié de vos mots en anglais ne sont pas correctes
  • Remettre vos références sans qu’on vous l’ait demandé
  • Les suivis quotidiens : envoyer 2 courriels et appeler 3 fois le même jour

Pour en savoir plus, consultez les sources ci-dessous :